Le Huipil des Champs de Maïs

Cet incroyable plastron brodé à la main d’épis de Maïs est un vêtement central de la culture Mexicaine, symbole de féminité entre tous.

Simple, formé de deux ou trois pans de tissus cousus ensemble avec une large ouverture pour la tête, et deux latérales pour les bras, cette base immuable, se décline en de nombreuses variantes.

Chaque huipil revêt un motif unique et différent. Pour cela, n'hésitez pas à nous contacter à contact@detoujours.com pour de plus amples informations. 

Le huipil traditionnel avec broderies anciennes, en 100% coton. 

180 €
Taille
Coloris
Quantité
Produit disponible à la commande

Artisanat Mexicain

ARTISANAT MEXICAIN

Les artisanats présentés chez deTOUJOURS viennent des provinces des états d’Oaxaca et du Chiapas, dont  les techniques de tissage et de broderies d’artisanes sur des métiers à tisser à pédales voire – beaucoup plus rares – à la ceinture sont des trésors patrimoniaux de la culture mexicaine.

Ces trésors sont ramenés jusqu’à vous grâce à la passion d’une française, Pascale Charmet, qui depuis plus de 30 ans étudie la langue et la culture du pays où elle voyage régulièrement, jusqu’à s’impliquer depuis une dizaine d’années dans la sauvegarde et le développement des savoir-faire ancestraux textiles des villages indigènes d’Amérique centrale. A son rythme, elle a tissé une relation avec de nombreuses communautés du Mexique, et intégré pleinement le rythme des artisanes qui mettent plusieurs semaines à tisser un Huipil (tunique), poncho ou une robe. Il ne s’agit pas de quantité, mais de patience, et d’admiration pour le rendu unique , possible seulement dans ce contexte.

Signification des motifs, origines des teintures végétales naturelles et les différentes techniques de tissage, voyage de villages en villages au gré des spécialités des différentes communautés : Pascale guide deTOUJOURS et passe du temps à comprendre leurs histoires, leurs symboles et leurs façons de travailler. 

Elle y développe à petite échelle l’emploi - en rémunération du temps passé afin que les femmes à l’œuvre puissent vivre dignement de ce travail manuel- et contribue ainsi à sauvegarder ces savoir-faire de manière saine. deTOUJOURS est dans son rôle celui de rendre désirable cette authentique source inspiratrice, en la soutenant par vos commandes et en la diffusant .

Les artisanats présentés chez deTOUJOURS viennent des provinces des états d’Oaxaca et du Chiapas, dont  les techniques de tissage et de broderies d’artisanes sur des métiers à tisser à pédales voire – beaucoup plus rares – à la ceinture sont des trésors patrimoniaux de la culture mexicaine.

Nous vous conseillons d'être précautionneux avec ce vêtement exceptionnel. Il est fait à la main et ses broderies sont précieuses, nous vous conseillons donc de laver ce huipil à sec et de le confier à votre pressing

Côté culte

    

Cet incroyable plastron brodé d’épis de Maïs est un vêtement central de la culture Mexicaine, symbole de féminité entre tous. C’est LE vêtement fétiche de Frida Khalo qui l’a porté toute sa vie de la petite enfance à ses années de gloire, une signature de son attachement propre à son territoire. 

Appelé  Huipil ce vêtement est issu de la longue tradition indigène mexicaine et centraméricaine, celle antique des mayas et des aztèques. Les Archives nationales des Indes, basées à Séville et chargées d’inventorier les informations relatives aux colonies d’espagnoles, rapportent, dès le XVIème, la présence de cette pièce brodée dans la culture mexicaine, un vêtement emblématique bien avant la chute de l’empire aztèque. 

Le très beau modèle avec les broderies des champs de Maïs proposé chez deTOUJOURS prend d’ailleurs ses racines précisément dans un terroir de femme celui d’Eustaquia, une jeune artisane mexicaine, et du  village de San Juan Chamula. Le vêtement est là bas comme une résurgence de la précieuse histoire indigène millénaire, en plein vingt et unième siècleEustaquia, notre brodeuse mexicaine perpétue la reproduction de « la milpa » ou champs de maïs de ses ancêtres sur ces blouses. 

Situé au sud du Mexique, dans les Chiapas, c’est un village de natifs, pratiquant les langues indigènes, tel que le tzotzil dans un paysage hors du temps, aux maisons colorées et à l’église centrale, qui fait la réputation du village. Un endroit où se pressent où se mêlent l’histoire de la conquête chrétienne espagnole et la permanence des pratiques païennes et des rites chamaniques. Des centaines de bougies y jonchent le sol, posées sur des aiguilles de pin, les bancs ont été enlevé, tout comme les cloches, symbole d'un christianisme réapproprié et destitué. On y prie bruyamment et surtout, en tenue traditionnelle. 

Simple, Formé de deux ou trois pans de tissus cousus ensemble avec une large ouverture pour la tête, et deux latérales pour les bras, le huipil cette base immuable, se décline en de nombreuses variantes : long, court, en velours, coton, soie ou jute, brodée avec plus ou moins de complexité, avec encolure carrée, ronde ou une fente simple. Son utilisation dépend de l’occasion, un marqueur d’âge et de vie, dans l’histoire des femmes  et traditionnellement considéré comme un cadeau des déesses préhispaniquesIl recouvre également une valeur culturelle, une forme et force de fierté face à une culture indigène qui s’étiole et se disperse. Il continue d’être un marqueur essentiel d’identité pour les personnes qui le créent et le portent. 

La progression espagnole en terres américaines ne s’est pas faite aussi par le textile mêlant l’existant azteques aux motifs et aux codes hispaniques,  les huipils racontent ainsi l’histoire esthétique, visuelle et symbolique du Mexique. Se crée ainsi un syncrétisme culturel que ce vêtement illustre. 

Ces motifs d’épis de Maïs sont typiques de la broderie mexicaine, souvent accompagnés d’éléments de la flore et de la faune, hommage évident à la nature omniprésente. Ce sont ces mêmes motifs qui vont tant inspirer les créateurs de mode .  Repris, ré interprétés, ils apparaissent partout dans les collections du monde entier, depuis longtemps cités et adulés.

 Les hommages se sont succédés de Jean Paul Gaultier à Isabel Marant,  de Christian Lacroix à Dior période Maria Grazia Chiuri, d’Eli Saab à Dolce Gabanna ou de Saint Laurent période Yves .

Chez deTOUJOURS, il s’expose dans sa forme simple et originelle, celui du huipil des champs de Chamula  qui porte en lui une culture millénaire, à intégrer dans nos garde-robes contemporaines.