Le Chapeau de Chouan

Ce chapeau ressemble à une capeline semi-rigide en feutre noir, originellement pour homme et maintenant également pour femme.

Large bord avec une calotte ronde fabriqué à la main en France 

100% feutre noir 

85 €
Taille
Quantité
Produit disponible à la commande

Chapellerie française du patrimoine

La France est une terre de régions aux fortes identités, qui a encore une grande tradition folklorique vivante et ses amateurs fidèles, dans la chapellerie également ce qui a permis de conserver miraculeusement des savoir-faire ancestraux, des outils et des machines d’un autre temps.

La Maison Coustillères sélectionnée par deTOUJOURS est une chapellerie familiale, « Entreprise du Patrimoine Vivant », implantée depuis le début du XXème siècle, dans un petit village du Tarn et Garonne.  Le site est historiquement connu pour son travail du chapeau depuis 1798, l’idée d’une femme qui, alors bergère, eut l’idée de tresser des brins de paille jonchant les champs. Rapidement, elle propage son idée et les premières maisons de chapellerie naissent. Dans ce village, on trouvera jusqu'à qu’à vingt cinq usines et plus de deux milles ouvriers et ouvrières au plus haut de l’activité.

En 1920, l’histoire familiale débute avec Marius qui y crée sa propre chapellerie travaillant exclusivement la paille, puis son fils Louis et enfin son petit-fils Jean-Claude développent activement cet héritage patrimonial en y incorporant le travail de la laine. Alors que chaque région développait son propre chapeau, ce savoir-faire de niche s’est concentré chez ces artisans spécialistes qui sont les seuls à avoir les capacités de continuer à les produire dans les règles de l’art pour les amoureux de l’histoire et du style que sont les fidèles deTOUJOURS.com

Un savoir-faire diffusé dans de nombreuses maisons de Haute Couture les plaçant ainsi entre luxe et patrimoine, mais chez deTOUJOURS restitué dans leur design originel, témoignage d’une culture à la source de la mode

Chapeau fait main dans la Chapellerie familiale, labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant », les feutres sont fabriqués directement dans leur atelier, avec un savoir-faire ancestral. Un travail formidable avec des machines d'un autre temps. 

Le chapeau de feutre est un vêtement délicat. Nos chapeliers vous recommandent de ranger votre chapeau sur la calotte, soit retourné. Si cette technique peut surprendre, elle permet à votre chapeau fétiche de ne pas se déformer. Afin de le protéger du temps et de la poussière, vous pouvez le conserver dans une boite, ou à défaut, sur une patère ou porte-manteau. 

A force de porter votre couvre chef, certains éléments peuvent l'abimer (la transpiration, par exemple ou encore le fond de teint). Une simple brosse douce, à chapeau ou à vêtement suffira à raviver votre chapeau. Pensez bien, cependant, à la passer toujours dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. S'il s'agit de légères traces, vous pouvez simplement utiliser une éponge très douce légèrement humidifiée. De manière générale, évitez tout contact avec des nettoyants liquides, et bien sûr, ne laver pas votre chapeau en machine à laver. En cas de grand nettoyage, privilégier un nettoyage à sec auprès de votre pressing

Enfin, nous vous conseillons d'imperméabiliser votre chapeau en utilisant un spray anti pluie pour chapeaux et vêtements. Pulvérisez ce spray à une trentaine de centimètres et attendez que celui-ci soi sec avant de porter votre chapeau. 

Côté culte

Ce chapeau qui ressemble à une capeline semi rigide en feutre noir est ancré dans un territoire depuis la nuit des temps, on date l’apparition de cette forme au XIVe siècle, où il est le chapeau paysan du travail aux champs conçu pour le soleilil est aussi le couvre-chef d’une identité dont il aussi est devenu signature par le remarquable courage de résistance de ceux qui l’ont porté et ont marqué l’histoire. 

Le chouan porte donc le nom éponyme de ceux qui l’ont rendu célèbre: les Chouans, insurgés royalistes du nord de la Loire quand la révolution française écrivait encore une page sanglante de son avènement qui devait écraser les traces catholiques et royales de la culture française . Au lendemain de la Révolution française, à l’hiver 1793, la Convention ordonne une levée en masse de volontaires. 

 

Chaque département doit fournir un certain nombre de volontaires âgés de 18 à 30 ans. Les Vendéens et les Chouans refusent, s’insurgent, et finiront par être écrasés. Acculés à un destin funeste sur les bords de Loire, ils obtiennent en partie l’aide des monarchies étrangères, dont celle de l’Angleterre qui devient une terre d’asile toute trouvée, et nombreux sont les soldats à traverser la Manche en quête d’accalmie. 

Encore un lien entre l’ouest de la France et l’Angleterre, qui infusera culturellement les deux pays e
t diffusera des formes vestimentaires dont celle de ce chapeau « chouan » dans le monde anglo-saxon.

La mode se l’appropriera à plusieurs reprises et régulièrement dans l’histoire, mais certaines périodes ont marqué plus que d’autres l’empreinte de cette petite capeline dans l’histoire du style. 

  

 Quand le mouvement hippie dans son retour aux sources du naturel, sera mélancolique de vêtements champêtres, ce chapeau paysan, devenu archétype sera réinterprété de Woodstock à l’Ile de White, des plaines du Larzac aux cafés parisiens. La contre-culture des années 60’s l’adopte sans forcément avoir conscience des racines de ce chapeau de révoltés en exil, et il devient accessoire idéal du jeune révolutionnaire pacifique, tout comme de l’élégante dans « Jardin des modes ».  Mais ce que l’on retient, aujourd’hui, c’est la permanence d’une forme, d’un patron devenu classique et indémodable. 

   

On ne peut plus lister le nombre de collections mode qui s’en sont inspiré, d’égéries rock qui s’y soient attachées, mais celui-ci est la forme originelle perpétuée par l’attachement du territoire « chouan » à sa mémoire résistante qui le porte encore dans le folklore local.