Les indiennes de Nîmes

Tailleur d’habits en Camargue depuis 1938, la maison MISTRAL-LES INDIENNES DE NÎMES, conserve la tradition des premières toiles importées par la Compagnie des Indes au XVIIe siècle, et l’implantation alors d’un savoir-faire de la toile DE NIMES (à l’origine de la toile DENIM).

Utilisant encore les tissus, et les coupes qui rappellent les étoffes adorées sans nul doute de la Cour de France, la fabrique est aujourd’hui classée " Entreprise du patrimoine vivant ". Ce sont surtout les véritables détenteurs de l’élégance gardiane dont ils perpétuent scrupuleusement le savoir-faire, héritage d’un chic provençal, éprouvé par les cavaliers des grands espacesdont la confrérie date de 1512

Cette Maison ancestrale équipant les métiers de la tradition taurine (gardians, manadiers ou raseteurs) travaille les matières nobles, moleskine, coutil ou velours palatine. LES INDIENNES DE NÎMES-MISTRAL sont un trésor que s'arrachent les aficionados ...Un art de vivre à adopter.

LES INDIENNES DE NÎMES

Moleskine 100% coton. Poches gansées.
Passepoil gansé noir, 100% coton. Dos et doublure intérieure en satin noir.
Martingale réglable au dos.

Très résistant.

LES INDIENNES DE NÎMES

100% coton moleskine.

Les indiennes de Nîmes continuent la tradition des premières toiles importées par la Compagnie des Indes, puis les artisans locaux produisent leurs propres étoffes en Avignon. Les indiennes de Nîmes, au travers d’archives de tissus, font revivre les étoffes qui ont ravies la Cour de France et que l’on retrouve dans leurs vêtements pour aller à la féria.

Le fabricant
Détail de fabrication
Matière et entretien

Le gilet de gardian gansé

79,00 €

Véritable gilet de gardian gansé, 100% moleskine

  • Genre : Unisexe.
  • Matière : 100% moleskine.

  • Retirer ce produit de mes favoris
  • Ajouter ce produit à mes favoris

Le côté culte

Ce petit gilet très bien coupé, se trouve plutôt dans les bonnes maisons équipant les cavaliers. Il est recherché pour l’élégance toute particulière qu’il confère à celui ou celle qui le porte, en structurant la silhouette, grâce à la rigueur de la moleskine.

Vêtement d’apparat du gardian inscrit dans la mémoire provençale, cette tradition historique débordant de Marseille à Nîmes, de Carpentras à Uzès, n’a jamais disparue. La région invente la toile de coton moleskine, le denim, des toiles qui seront commercialisées mondialement.

De nos jours ce gilet porté sous une veste vous donne des airs de dandy, et pour les filles c’est aussi un top à tester sans rien en dessous ou avec un simple T-shirt.

Toujours gansé de noir, sur ses passepoils et ses poches, il se décline dans toutes les couleurs traditionnelles camarguaises, et saura donner de la crédibilité à des manches ballons ou du mystère à une chemise simplissime.