Montgomery

Le plus vieux fabricant de duffle coat au monde

MONTGOMERY maison centenaire, devenue célèbre car elle était LE fournisseur de la Royal Navy depuis 1890, est un honorable membre historique de l’industrie textile britannique et l’heureux détenteur des patrons originaux des cabans et duffle-coat, uniformes devenus des classiques de l’habillement.

La marine est un savoir-faire britannique avant tout, leur position insulaire et leurs âmes d’aventuriers planétaires les ont poussés à maîtriser la mer comme nulle autre peuple. Les vêtements qu’ils ont conçus pour cette pratique élevée par eux au rang d’art, bénéficient de siècles d’usage qui ont abouti à une perfection de détails pour le confort de ceux qui les portent.

Basée à Northampton, l'«Idéal Clothing Company », a été parmi les premières à fabriquer pour l’institution britannique les fameux duffle-coats. Cette société a changé son nom en 1987, devenue MONTGOMERY en hommage à son plus célèbre utilisateur le Maréchal MONTGOMERY, qui fit concevoir par leur fabrique ces pièces cultes.

MONTGOMERY, comme en 1890 continue à fabriquer son duffle-coat et ses cabans entièrement en Angleterre, et reste le fabricant historique de référence de ces modèles aux origines marines.

MONTGOMERY

Fabriqué à partir de la meilleure étoffe italienne de Toscane.
Résistant au boulochage.
Tissu double face classique tissé ensemble.
Les fermetures sont en cuir avec une véritable corne de buffle, fermeture éclair invisible pour encore plus de chaleur.
Poches plaquées, une poche portefeuille intérieure.
Fait main en Angleterre. 

MONTGOMERY

70% laine et 30% de fibres mixtes - la laine est complètement recyclé pour préserver les ressources précieuses, tandis que les fibres mélangées crées une finition lisse et empêchent le boulochage.

Lavage à sec.

MONTGOMERY

Tailles du 36 au 52 UK. Consultez notre guide des tailles.

Le fabricant
Détail de fabrication
Matière et entretien
Guide des tailles

L'original duffle coat anglais

325,00 €

Robuste, indémodable, conçu à l'origine pour la Royal Navy Anglaise, voici le premier Duffle-Coat, toujours fabriqué par l'illustre maison Montgomery en Angleterre.
2 poches plaquées, et 4 boucles avec boutons en corne de buffle.

  • Genre : Homme.
  • Matière : 70% Laine et 30% Polyester.
  • Coloris : Navy, Camel, Olive.
  • Tailles de veste française : du 46 au 62
  • . Reportez-vous au guide des tailles pour les correspondances.

  • Retirer ce produit de mes favoris
  • Ajouter ce produit à mes favoris

Le côté culte

Robuste, indémodable, c’est le vêtement plus que centenaire qui ne souffre jamais d’un dédain stylistique…

Pour trouver sa source il suffit de plonger dans son histoire militaire : à l’origine, le Duffle-coat à été conçu pour les amiraux de la « Royal Navy » anglaise, puis pour l’ensemble de la marine britannique, comme un vêtement polyvalent à l’usage sur les ponts des navires de sa Majesté.

La marine anglaise qui navigue dans l’Antarctique dès la fin du XIXe siècle, réfléchit déjà au meilleur équipement contre le froid et va adopter l’ancêtre du duffle-coat, le faire évoluer et même utiliser les dents de baleines comme boutons de fermeture.

Le Duffel est un tissu de laine épaisse et grossière qui a donné son nom aux duffle-coats. Le Maréchal Montgomery trouve ce matériau dans la petite ville de DUFFEL dans la province d’Anvers en Belgique qui produit cette fameuse laine et constatant sa résistance à l’eau et au vent, il la ramène en Angleterre pour en équiper tous ses marins qui la surnomment d’ailleurs alors le « Monty coat ».

Tout dans ce modèle a été pensé pour résister aux pires conditions climatiques et aux plus extravagantes prouesses physiques : sa fermeture asymétrique sur la poitrine vient du fait qu’il permettait aux marins de grimper sur le gréement, son système d’accroche a été conçu pour permettre une ouverture facile avec les gants épais que portaient les hommes sur le pont. Doublé aux épaules et munis de poches plaquées, il est solide et sa capuche, sa doublure en chaud tartan qui cache les coutures intérieures, finissent de l’armer contre le froid. Les épaules ont un renfort de tissu pour mieux protéger de l’eau et renforcer le par-dessus pour porter du matériel .

Le Duffle-coat fut le premier vêtement militaire au monde qui eut exactement le même design pour le plus humble marin comme pour l’amiral le plus haut gradé.

Son succès au sein de la Marine royale s’est étendu aux officiers de l'armée des autres corps militaires : la « Royal Flying Corps », les « Raiders » (premiers derrière les lignes ennemies pendant la seconde guerre mondiale), le « Long Range Desert Group » (qui deviendra plus tard le SAS) qui vont l’utiliser à travers les déserts d'Afrique du Nord.

La maison Montgomery en est la dernière héritière, gardant les patrons originaux et son tissu identique à la laine bouillie d’origine, allégée tout de même, car ils étaient deux fois plus lourds.

Il apparaît dans des films de guerre, il est portés aussi bien par les enfants que les mères veulent bien au chaud, que par la jeunesse contestataire des 50’s et 60’s. Fous de détournement des pièces militaire en pleine idéologie « peace and love » les jeunes s’en emparent pour finir d’en construire la légende, dans la rue sur des désert boots ou sur des scooters rutilants, sur les scènes rock et les parterres des festivals, dans les films de la nouvelles vagues et même sur les filles en rouge vif.

Gloverall, autre fabricant réputé n'a commencé à faire des duffle-coats qu'au milieu des 1950’s, quand les originaux fabriqués par Montgomery se sont retrouvés en surplus militaire après guerre dans toute l’Angleterre.

La jeunesse se fournit alors massivement à prix raisonnable dans ces surplus qui fleurissent à chaque coin de rue, et lance la mode en ville des pièces militaires. Le Duffle-coat fait des émules et commence à être réédité par des sociétés qui n’ont aucune filiation avec la Royal Navy, mais l’amour du modèle. Son succès est total auprès du grand public.

.

Il a gardé de cette période un côté intello-chic, et terriblement « Rive Gauche » parisien. « Cocteau et Laurent Terzieff dans « Les Tricheurs » pour la référence haute, Gaston Lagaffe, héros belge, pour la référence basse et justifiée » citent Les Echos toujours bien informé quand il s’agit de lui trouver ses aficionados.

Les créateurs dès lors ne cessent de s’en inspirer, en gommant souvent ses caractéristiques premières qui en font pourtant sa force. On le rend plus étroit alors que c’est un par-dessus à mettre sur un uniforme, on réduit ses poches qui étaient destinées à ranger la casquette de marin… pour ne garder comme repères que ses très reconnaissables boucles de fermeture.

Retrouvez toutes ses fonctionnalités originelles merveilleuses à qui il doit d'avoir été conservé dans les armoires de plusieurs générations en retrouvant sa source chez De Toujours, avec Montgomery.