Laulhère

Fondée il y a près de 200 ans, la maison Laulhère est aujourd’hui la dernière fabrique historique de bérets en France.
Elle confectionne ses produits dans la plus pure tradition et intégralement sur le territoire français, à Oloron-Sainte-Marie, au pied des Pyrénées.

Dépositaire de ce savoir-faire unique reconnu en 2012 par l’obtention des labels « Entreprise du Patrimoine Vivant » et « Origine France Garantie », Laulhere maîtrise l’intégralité de sa fabrication, du fil de pure laine vierge mérinos au produit fini.

L’excellence des matières premières, la maîtrise des teintures, les procédés traditionnels et les interventions de l’homme à chaque étape de la fabrication entièrement réalisée dans les ateliers de la maison, concourent à faire de son béret un produit noble.

La maison transmet au fil des générations un patrimoine de savoir-faire dont elle est l’héritière et qu’elle préserve comme un trésor : teinturiers, foulonniers, bichonneuses et couturières œuvrent chaque jour à la conservation de ce symbole si français qu’est le béret.

Sa confection nécessite deux journées entières de travail, parfois plus, et une multitude de vérifications et d’ajustements qui font de chaque article une pièce unique.

Parce que le béret a, depuis les origines, mêlé intimement tradition et soif de liberté, élégance et non-conformisme, il est resté terriblement moderne.

LAULHÈRE

Cet authentique béret des commandos parachutistes est fabriqué en France par Laulhère. 
Il dispose d'un contour en cuir ainsi que deux évents d'aération sur les côtés pour assurer une bonne ventilation de la tête.

Cet authentique béret des commandos parachutistes 100% laine Mérinos est fabriqué en France par Laulhère. Il dispose d'un contour en cuir ainsi que deux évents d'aération sur les côtés pour assurer une bonne ventilation de la tête. L’intérieur de ce béret est doublé en satinContrairement à d'autres modèles " bon marché", ce béret militaire est d'une fabrication particulièrement soignée : pure laine et "grand teint." 

LAULHÈRE

100% laine Mérinos.
Coiffe intérieure en 100% acétate


LAULHÈRE

Du 54 au 62, fabrication sur mesure. Consultez notre guide des tailles.

Le fabricant
Détail de fabrication
Matière et entretien
Guide des tailles

Le béret rouge de parachutiste

45,00 €

Décliné comme le veut la tradition militaire dans un coloris de rouge amarante, l'authentique béret de parachutiste fabriqué par la maison Laulhère équipementier de l'armée française. Made in France.

  • Béret Militaire mixte.
  • Coloris unique, amarante.
  • Composition : 100% Laine.
  • Coiffe intérieure en 100% acétate.
  • Taille unique : diamètre de 21 cm environ.
  • Tour de tête : peut convenir pour une taille 51 à 62.

 


  • Retirer ce produit de mes favoris
  • Ajouter ce produit à mes favoris

Le côté culte

Bien sûr vous n’arriverez pas par les airs à chaque fois que vous porterez votre béret rouge de parachutiste, tout au plus avec des airs de Faye Dunaway... mais gardez tout de même en tête le symbole de courage et de noblesse qu’il porte en lui car dans l’univers militaire, le béret est associé aux unités d’élite de l’armée Française.

Le beret est sans aucun doute la coiffe militaire la plus répandue dans le monde, avec une déclinaison de couleurs qui varie en fonction des unités.

Le fier couvre-chef doit être plat et circulaire, souple et en laine feutrée avec, à l’intérieur, une couronne de cuir qui assure le maintien sur la tête. Ces bérets sont tricotés dans leur forme ronde et non découpés. Les seules découpes sont destinées à leurs insignes que les militaires portent sur la droite de leur béret.

C’est l’aviation britannique qui a instauré pendant la seconde guerre mondiale le port du rouge amarante à l’initiative de Boy Browning le chef des forces aéroportées anglaises, formé à Eton et à l’académie royale militaire.

A partir de novembre 1944, les parachutistes français du SAS portèrent à leur tour le béret amarante délaissant leur béret noir. Le 2e RCP défila à Paris, le 11 novembre, en portant cette coiffe. En 1945, seul le 2e RCP avait conservé le droit au port du béret amarante, droit étendu à la Demi-brigade SAS (non Coloniale, alors) en 1946-1947.

Plus tard, en 1951, le général de Lattre étendit le port du béret rouge à toutes les unités parachutistes servant en Indochine. Cette mesure fut étendue aux parachutistes métropolitains, qui portaient auparavant le béret bleu roi, en 1957.

Le béret amarante est porté, depuis, par toutes les unités aéroportées de l’armée de Terre, sauf le 2e REP, qui a conservé le béret vert de la Légion étrangère.